Orientations communes

image logo_TAV.jpg (0.9MB)

Comité local Territoires à VivreS – Montpellier (Métropole)
Décembre 2021





Nous, habitant.e.s, acteurs et actrices du Territoire, sommes mobilisé.e.s pour :


La démocratie alimentaire

• activer et soutenir la participation politique des habitant.e.s, en particulier les plus éloignés de l'alimentation durable, pour contribuer à une réelle dynamique démocratique en matière d’alimentation et à la transformation des politiques publiques à différentes échelles.

• faciliter et encourager l’accès de tou.te.s à une alimentation de qualité, en particulier les personnes concernées par la précarité, en développant des espaces de production, de transformation et de distribution citoyens, coopératifs et de proximité, pour lever les différents freins d’accès : financiers, physiques, culturels, sociaux, psychologiques…

• permettre aux personnes concernées par la précarité d’avoir accès à des circuits alimentaires communs à tous, au sein desquels ils exercent leur liberté de choix.

• faire de l’alimentation durable un commun* sur le territoire et faire en sorte que le droit à l’alimentation soit appliqué.

* un commun est une ressource mise en commun et partagée dont l’accès et les règles de partage sont fixés collectivement (droits et obligations réciproques), et respectés via la mise en place d’un mode de gouvernance spécifique. Il n’y pas de commun sans action collective.
(Source : travaux de Benjamin Coriat).

La transformation des systèmes alimentaires

• participer à un mouvement de transition agricole et alimentaire avec et pour tou.te.s, sans exclure les personnes concernées par la précarité.

• soutenir l’installation de producteurs et productrices et le développement d’activités agricoles respectueuses de l’environnement, du travail et de la santé humaine.

• faire évoluer nos systèmes alimentaires vers plus de durabilité : plus sains et nourriciers, plus écologiques, plus justes et accessibles, plus démocratiques, plus territoriaux.

• provoquer et participer à des changements de politiques agricoles et alimentaires en travaillant le dialogue entre la demande et l’offre, les liens entre producteurs et mangeurs, en s’inspirant des travaux sur la sécurité sociale de l’alimentation.

La transformation des pratiques et des paysages alimentaires

• faire évoluer les paysages alimentaires dans les quartiers et communes vers plus de durabilité : commerces, restaurants, marchés, lieux de production, publicité…

• accompagner la transition des pratiques alimentaires de tou.te.s via des démarches de sensibilisation et d’éducation populaire.

La transformation du dispositif d’aide alimentaire

• prévenir le recours et le développement de l’aide alimentaire basée sur la surproduction industrielle et le modèle économique de la grande distribution

• appuyer les changements de politique sur l’aide alimentaire notamment la réorientation des fonds (européens et nationaux), et des dispositifs d’aide sociale, vers de nouvelles formes de solidarités alimentaires plus durables.